[Jacques Prévert] rencontre à Vence un aveugle qui mendie.

« Ça marche ?
– Oh non ! Ces salauds, ils passent, mais mon chapeau reste vide.
– Écoute, permets-moi de retourner ta pancarte, et je te garantis la fortune. »
Quelques jours plus tard, Prévert revient et demande des nouvelles.
« Formidable. Je me fais trois chapeaux par jour. »
Au verseau d’« Aveugle sans pension», Jacquot avait écrit simplement :
« Le printemps va venir, je ne le verrai pas. »

Rapporté par Matthieu Galey, Journal 1953-1973, 22 octobre 1953

papillon

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.