Vendredi 29 Septembre 1944,
recueilli par Gitta Mallasz

Le chant de l’armée des Anges éclate et s’amplifie :
« Il est comme LUI. »
(en hébreu, Michaël signifie « qui est comme Dieu »)
L’amour immense
Avec lequel tu cherches Dieu se languit,
Car tu es UN avec LUI

Le chant des Anges loue, glorifie –
La création lui répond.
MAIS L’HOMME NE TROUVE PAS DIEU
CAR IL EST UN AVEC LUI
L’Unité est le miracle.

L’homme :
Au-Dessous de lui la mer,
Au-dessous de lui la terre.
La création a conçu : L’HOMME.
Au-dessus de lui le Ciel –
Au-dessus de lui la Lumière.
Que l’amour immense,
Avec lequel tu cherches Dieu, se retourne !
La terre sert, l’armée des Anges sert
Et elles s’unissent ainsi.

Ton corps est la terre.
Le corps du serpent est sorti de l’œuf,
Malédiction que les Adam ont appelé sur terre.
Mais viendra le Christ, le Nouveau,
Si la terre et l’Ange s’unissent en toi.
Tu sais bien ce qui est à faire.
Il n’y a pas d’issue pour fuir,
Car tous les chemins aboutissent en Un Seul Point.

« MICHAEL,
TA BALANCE PÈSE,
TON GLAIVE TRANCHE,
ET CE QUI ÉTAIT VIVANT TROUVE LA VIE,
CE QUI ÉTAIT MORT MEURT. »

Si tu dois trancher et que tu ne le peux pas,
Si tu dois peser et que tu ne l’oses pas, appelle ainsi :

« MICHAEL, DONNE DE LA FORCE !
TOI DONT LE PIED ÉCRASE LA TÊTE DU SERPENT,
LA FORCE FROIDE, TOI SEUL, TU PEUX LA DONNER.
CE QUE TU TRANCHES EST DÉJÀ MORT. »

Mystère : tous les Anges, les Séraphins, les Chérubins,
Toutes les puissances du Ciel,
Ceux qui chantent, ceux qui servent,
Descendent et LE servent,
LUI qui est en vous.
Appelez et nous venons ! Déjà, nous sommes presque unis.
Votre parole crée. Invoquez-LE !
Appelez toujours le Nouveau Feu,
Le Feu froid, la Lumière !

Si nous venons, c’est que LUI aussi peut venir.
Notre chemin est le même.
L’armée des Anges , debout, attend
Derrière l’arc-en-ciel noir.
L’Ange est encore couleur.
Mais LUI, l’Un, est la Lumière , la Blanche.
Une force mystérieuse vient à votre appel,
Croît, s’amplifie, vit.
Vivez par elle ! Car c’est la moitié de votre être.

Tout acte fait corps avec toi,
Si tu appelles le chef des armées célestes : MICHAEL.
Il vient et tranche,
Si ton acte n’est pas né de la pureté, de l’harmonie,
De l’amour, de la vérité.
Il tranche, non pas ton acte,
Mais celui qui agit, car ils sont un.
Et c’est MICHAEL qui juge et c’est lui qui aide.
Appelez-le ! Il vient infailliblement.
Sous votre talon le Malfaiteur !
Et l’acte – possible par vous – naîtra de la source
Et non plus des courants de surface.
C’est cela qu’exigent de vous les êtres créés,
Et les Cieux, les armées des Anges.

C’est LUI, le SEIGNEUR des armées.
Et vous ne pouvez jamais LE voir,
Car IL est UN avec vous.
L’armée des Anges rend hommage au Plan.

Chaque culte rendu a dieu,
Chaque religion ne sont que cadre.
Le cadre limite l’espace.
Le Plan est l’espace sans espace,
sans matière, et pourtant seule Réalité.
Vase, temple, édifice ne sont qu’apparence.
Ce qui est insaisissable, c’est cela l’Unique Réalité.
Tout le reste n’est que cadre.
Voler n’est possible que sans ailes.
Tout le reste n’est que tentation d’égaler Dieu, chute.
Nos ailes ne sont pas matière –
Aussi sont-elles libres.

Si tu es uni à moi, je t’emporte, je t’élève
A travers le temps et l’espace,
Jusqu’à ce que ton esprit repose en LUI
Que SA paix soit sur tous les hommes
De bonne volonté !

Il a marché sur la mer et Il est le chemin.
Il est le Puits d’où jaillit l’Eau Vive.
Si vous en buvez, vous ne serez plus assoiffés,
Car cette eau vous unit à LUI

Ce que vous buvez, ce goût d’Eau éternelle,
C’est le feu des Sept Âmes.
Nous appelons le Seigneur !
SI nous L’appelons, IL reste éternellement parmi nous.
La création est vase, la création est cadre.
Remplis-la, toi, HOMME !
Sang et pain ne suffisent plus.
Seule la Lumière, la Lumière qui vient,
Remplit les Sept.
Le vide noir que le cadre enserre,
Que le vase contient, est comblé.
LUI, La LUMIÈRE, est né.

Dialogues avec l’ange est la transcription d’une expérience spirituelle vécue pendant la Seconde Guerre mondiale par quatre amis hongrois. Pendant dix sept mois, de juin 1943 à novembre 1944, alors que les nazis envahissent leur pays et déportent les juifs en masse, Hanna Dallos transmet au cours de 88 entretiens des paroles qu’elle dit ne pas émaner d’elle (qu’elle dit provenir d’« autre part », d’un maître intérieur ou d’un ange). Ces paroles sont retranscrites par Gitta Mallasz et Lili Strausz. Seule survivante (les trois autres, juifs, périront en déportation), Gitta Mallasz, réfugiée en France en 1960, traduira ces entretiens en français. Une première édition a été publiée en 1976, suivie en 1990 d’une seconde édition, intégrale. Le livre a été un grand succès de librairie et publié en 21 langues.
Voir Wikipedia pour plus de précisions

En savoir plus sur les dialogues

Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.