oui à la vie

Laisser notre pouvoir dans une autorité extérieure
ou récupérer notre propre pouvoir?

Nous entendons tout un tas de choses qui suscitent la peur du petit en nous et de fait, nous laissons le pouvoir à autrui en réagissant soit par la soumission, soit par la rébellion (colère, en voyant en face de nous des ennemis).
C’est le moment idéal pour se souvenir de notre grandeur, de reprendre contact avec le grand en nous.

C’est quoi être grand?

Un grand ne voit pas en face de lui un ennemi. Il est au centre d’une verticalité de conscience et d’une horizontalité relationnelle.
Le centre ou point d’intersection étant le cœur vastitude.
Je peux choisir de dire oui ou non à partir de ce point que l’on peut nommer AMOUR.
Tension de notre être au centre de la croix.

En définitive, il n’y a que 2 mondes : le monde de l’amour et le monde de la peur. On ne peut pas vivre simultanément dans les deux.

Tout est fait actuellement pour que nous ayons peur

Multitude d’informations.
C’est l’opportunité aujourd’hui d’ouvrir la porte à un monde nouveau.
Dire oui ou non, (ré)agir à partir de la peur ou dire oui ou non, agir à partir du centre de l’amour ?

Le centre, cœur, lieu, demeure lumineuse de notre être est un foyer de paix, de sérénité, de force tranquille, de certitude, de repères fondamentaux qui nous animent et nous rend vivants.
Un vaste espace où nous sommes ouverts et connectés à la réalité de ce que nous sommes.

Sommes-nous un petit manipulable, enfermable, vaccinable, mort de peur ? Si notre tête dirige notre vie et notre corps, alors nous sommes déjà ou devenons des morts vivants.
Où nous souhaitons porter la couronne de souveraineté de notre vie, soleil et unité de conscience?

Repère

Quand j’écoute ou que je regarde quoi que ce soit, est-ce que je me sens grandie ou pas, est-ce que cela m’inspire ou pas, est-ce bon pour moi ou pas? Si ce n’est pas le cas, je dis non à ça. En disant non à ça, je dis oui à la vie pour croître, pour grandir encore.

Face à un vrai grand, je ne me sens pas petit, je me sens grand car je sais qu’il voit ma grandeur et qu’il la stimule en moi. Je me sens joyeux en sa présence. C’est moi qui décide d’ouvrir.

Retournons vers ce centre du grand en nous, vers ce pouvoir à l’intérieur de nous, on peut l’imaginer, par exemple, comme une montagne immense, stable, posée sur la terre, tournée vers le soleil, connectée au feu tellurique du centre de la terre. Je suis en capacité de traiter toute vie qui me traverse. J’ai un système immunitaire puissant.

Renforcer la force de vie, la force de l’amour à l’intérieur de mon royaume ou nourrir la peur, l’opposition à un ennemi extérieur, ou réagir contre les manipulations de toutes sortes ?

Nous interroger sur notre responsabilité face à la relation que nous entretenons avec ce virus, les “grands de ce monde” (ou quoi que ce soit d’autre) avec cette dualité de point de vue : il est grand, je suis petit?

Suis-je dans le monde de l’amour ou dans le monde de la peur ?
Je me souviens de ma grandeur. C’est le grand en conscience qui peut ouvrir ses bras, qui peut choisir d’ouvrir son cœur, un cœur aussi vaste qu’il le veut.

Le seul pouvoir que j’ai est le pouvoir de tourner mon attention à l’intérieur de moi afin de changer de vision, de débusquer les racines du vieux système, les conditionnements, les endroits où j’ai peur, comme gagner ma vie par ex., etc.
Bref de considérer, écouter, relationner, réconforter les petits et pseudo-grands en moi, les différents bouts d’un en moi.

Concrètement

Je me relie quotidiennement au soleil puissant, rayonnant de chaleur et de lumière que je suis.
Le soleil rayonne de toutes les qualités de la conscience de la vie éternelle qui s’incarne (coopération, ancrage, courage, clarté, discernement, authenticité, honnêteté, respect, clarté, confiance, amour… ).

Chaque jour, je me souviens de qui je suis.
Finie la lutte pour me préserver de tout, le combat contre la mort.
Place à la création, à mon pouvoir créateur, mon soleil créateur : comment donner cette lumière à tous ces bouts d’un, parts de l’unité en moi en manifestant de la bonté et de la bienveillance afin qu’ils se restaurent et quittent le monde de la peur et se reposent enfin.

Dans le monde, à l’extérieur, je pose des actions POUR et non pas contre. A quoi vais-je dire oui sans sortir de la vibration de la lumière dans laquelle je suis.
Et si je dis non, que cela soit à partir du lieu où je suis connectée dans la lumière de mon être, au oui qui sert la vie.

Soyons toujours connecté à la lumière originelle de notre être, sachons nous rappeler notre grandeur et offrir cette grandeur à nous mêmes d’abord puis à tous ceux qui sont autour de nous.

Isabelle padovani
Merci à Isabelle Padovani et à Fanny, SOUVIENS-TOI DE TA GRANDEUR,
podcast du 18 avril 2020


Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.